Des dauphins pour de vrai!

DES DAUPHINS POUR DE VRAI

Spécialement dédié à ma cousine Loane.

MONKEY MIA

La Plage

Suite à la visite d’une autre famille autour du monde sur notre blog, mes parents ont décidés d’aller à Monkey Mia (en Australie).

Nous étions dans un super camping au bord de la mer.

Nous sommes arrivés à seize heures au camping.

Apres notre bain dans la mer nous avons constaté que les nuages étaient très bas.

On aurait dit qu’on pouvait les toucher.

On apercevait déjà la lune dans le ciel bleu.

Le soleil tombait très vite et très tôt et il était à peine cinq heures de l’après midi.

Nous avions décidé de faire une balade sur la gauche de la plage où il y avait un ponton de bois.

Depuis celui-ci, on pouvait voir une femme qui touchait presque un dauphin.

Parallèlement à ce ponton se trouvait un autre en fer qui se laissait submerger par la marrée.

Evidement, ma sœur et moi étions les premier dessus.

L’eau nous chatouillait les pieds quand on le traversait.

En voyant la femme dans l’eau avec le dauphin j’avais très envie d’aller le voir.

Je me demandais comment mes parents faisaient pour le regarder sans avoir cette folle envie d’aller le toucher aussi.

Je pense que c’était pareil pour Charlotte.

Mort d’impatience, je demandais en boucle à ma mère si je pouvais aller voir le dauphin.

Charlotte faisait la même chose que moi évidement.

Ma mère finit par dire oui.

Je me retournais pour aller sur la plage et ma sœur y était déjà en sautillant d’impatience.

Je m’amusais à faire des traces de pas rondes avec mes talons.                     

Lorsque nous arrivâmes sur la plage, ma sœur et moi ne voyions pas le dauphin.

Tout ce qu’on voyait s’était la femme qui partait avec une autre femme.

Nous étions en face du ponton où il y avait nos parents. On leurs faisait coucou d’un signe de la main.

Mais ils ne répondaient pas car ils fixaient l’eau comme s’ils avaient vus une baleine.

 En attendent que le dauphin revienne, ma sœur et moi avions décidé de faire une bataille d’eau avec les seaux que papa et maman nous ont achetés.

Sans le faire exprès je lui ais un peu envoyé de l’eau dans la figure et elle se mit a pleurer tellement fort qu’on aurait dis qu’elle avait un couteau dans le ventre.

-TU NE PEU PAS FAIRE ATTENTION ARTHUR ! Hurla-t elle. Je vais le dire à maman !

Je craignais plus qu’elle fasse peur aux dauphins et cela m’énervait beaucoup.

Bien sur j’arrivais au bout du ponton avant ma sœur et je demandais à mes parents s’ils avaient vu quelque chose.

J’ai trouvé la réponse très étonnante.

Ils avaient vu une grosse raie passer sous leurs pieds et deux dauphins  à deux mètres d’eux.

Le soleil commençait à se coucher et les étoiles à scintiller.

Nous rentrons tous les quatre en famille, main dans la main, en regardant le couché du soleil se mélanger avec les nuages.

C’était l’heure d’aller à la douche et j’avais bien envie de me prendre une douche bien chaude.

En plus les sanitaires du camping étaient propres.

En sortant de ma douche je me suis amusé à fermer à clef toutes les portes pour voir si les gens étaient rusés. Elles affichaient « engaged » mais en vérité je les avais juste poussées.

Quand je sortis de la sale de bain il faisait presque nuit. Le soleil était déjà parti.

Nous avons fait un barbecue et nous sommes allées nous coucher tôt.

Demain matin nous avons rendez-vous avec les dauphins à six heures et demi.

Le lendemain

 

J’ai du mal à me lever. Le soleil aussi. Le ciel est tout gris.

J’ai avalé mes céréales, bu mon lait, mangé mes tartines au chocolat, mis mon maillot et nous voilà partis sur la plage.

J’étais impatient de les voir de près pour de vrai.

J’aurai peut-être la chance de leur donner un poisson pour leur petit déjeuné.

Un vent chaud caressait mon visage pendant que je me rapprochais du lieu de rendez-vous quand j’aperçu soudain deux ailerons.

Deux dauphins nageaient  à côté de moi. Je les suivis.

Plusieurs personnes attendaient déjà.  Les rangers n’étaient pas encore là.

Les rangers sont des personnes qui  veillent sur les animaux. Ils s’occupent aussi de contrôler les campings en pleine nature.

Ma  sœur et moi nous étions tout près de l’homme qui portait un sceau de poissons entiers.

Il nous fit signe d’approcher.  J’ai pris le poisson dans ma main et je l’ai tendu au dauphin qui s’était couché sur le côté pour le saisir et l’avala d’un seul coup.

J’aurai bien voulu le toucher et le caresser mais papa me l’avait défendu en me disant qu’il fallait le laisser sauvage.

Les nuages laissaient passer enfin le soleil.

Nous nous sommes baignés toute la matinée. La mer était vraiment très chaude. On se serait cru dans un jacuzzi mais sans les bulles.

L’eau était si claire que je voyais les raies nager près de mes pieds. Heureusement elles avaient aussi peur de moi que ce que j’avais peur d’elles. Ca tombait bien !

Ensuite nous sommes allés manger au camping car. Papa avait sorti la table et les chaises de camping et nous étions bien installés.

Ce repas fut très agité. Soudain, une sorte d’autruche arriva. Elle avait des plumes sombres de partout et , en guise d’oreille, des trous dans la tête !

Ca ressemblait à un animal préhistorique. En fait, il s’agissait d’un émeu.

Il se servit dans nos assiettes, piqua notre pain et comme ça ne lui suffisait pas, attaqua la poubelle !

Nous avons bien rigolé de voir maman le faisant partir avec sa chaise, même que papa s’est pris un coup de bec sur la tête. Charlotte avait caché son bol sous la table. Seules les mouches embêtaient ma sœur. Il y en avait vraiment beaucoup par ici. Mais on avait fini par s’habituer. En plus, elles partaient quand la nuit tombait. L’émeu s’en alla une fois que nous avons débarrassé la table.

De gros nuages noirs arrivaient à vu d’œil. La lumière était étonnante. Elle passait du rose au gris-bleu et l’eau devenait verte. Elle était si chaude que nous n’en sortions pas. J’étais content de pouvoir me baigner alors que le soir tombait. Ce n’était pas habituel. Et cette lumière non plus. Les nuages devenaient de pus en plus menaçant et la pluie finit par nous tomber dessus, comme l’avait annoncé ma mère juste avant.

On  entendait le tonnerre gronder comme si il nous poursuivait. Alors nous avons quitté la plage en courant et nous sommes rentrés trempés.

Un peu après un bon dîner et une bonne douche chaude, de magnifiques éclairs illuminaient le ciel d’une lumière blanche et aveuglante.

Nous regardions le spectacle sous quelques gouttes de pluie. C’était MAGNIFIQUE : Des éclairs de partout. On y voyait comme en plein jour. C’était presque comme sous les feux d’artifice de Pékin !

Pour mieux profiter du spectacle mes parents avaient décidé d’aller les voir sur la plage.

C’était tellement beau que je ne voulais plus rentrer.

Mais il se faisait tard. Nous sommes allés nous coucher.

J’étais content et triste à la fois car demain nous partirons et je ne verrai plus les dauphins.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un lien depuis votre site.

2 Commentaires to “Des dauphins pour de vrai!”

  1. fanfan dit :

    Ravie Arthur d’avoir lu ton commentaire et je pense que Loane va avoir les yeux tout brillant.
    Les meilleures choses ont une fin;les dauphins resteront dans tes souvenirs et d’autres découvertes t’attendent….
    Go on for others comments
    Bises++

  2. Nathan dit :

    HOAAAA ten a de la chance !!

Laissez nous un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: CD Rates | Thanks to Seo Professional, Las Vegas Condo High Rises and FBF System