La Sebastiana

 Chili

 PABLO NERUDA (1904-1971)

 

« Je ne suis un navigateur qu’en paroles, je préfère avoir les pieds sur terre ! »

La Sebastiana, Valparaiso,Chili

La Sebastiana était l’une des trois maisons du poète chilien Pablo Neruda, qui possédait aussi la Chascona à Santiago et une autre maison au sud de Valparaiso,  sans doute la plus belle, à Isla Negra.

C’est également dans le jardin de celle-ci que ses dernières volontés furent enfin respectées. Il y est enterré avec Mathilde, sa dernière épouse, en 1992, soit dix neuf ans après sa mort, face à cette mer qu’il aimait tant, ainsi qu’il le souhaitait :

« Mes compagnons, enterrez-moi à l’île noire, face à la mer que je connais, face aux  âpres surfaces de pierres et de vagues que mes yeux perdus ne reverrons jamais ».

 La Sebastiana nous a beaucoup émue car elle abrite des objets aux histoires passionnantes. Pablo était aussi un collectionneur et son amour pour tout ce qui pouvait avoir attrait de près ou de loin à la mer et au voyage se manifeste dans chaque pièce. Où que l’on se trouve, la vue se tourne vers la mer et la baie de Valapraiso.

L’endroit que nous avons retenu est le petit bar rose, riche de plein de détails amusants. C’était un lieu sacré pour lui car il y rassemblait régulièrement tous ses amis autour de son « coquetelon », un cocktail de son invention. Dans le séjour, il y a une vache en céramique blanche dans laquelle il préparait le punch.

Le nom de la maison vient probablement du constructeur Sebastian Collado à qui il rendit hommage.

Ses poètes préférés étaient Baudelaire et Rimbaud.

J’ai parcouru quelques uns de ses poèmes que je ne connaissais pas.

J’en ai choisi un qui me touche en particulier.

Peut-être l’aimerez-vous autant que moi.

J’en profite aussi pour vous donner la recette de son « coquelon ».

Bonne lecture amigos !

IL MEURT LENTEMENT CELUI QUI….

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu’il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!

Risque-toi aujourd’hui!

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d’être heureux!

Pablo Neruda « Prix Nobel de Littérature 1971″

Le COQUELON , recette:

 

Un verre de Cognac

Un verre de Cointreau

Deux verres de jus d’Orange

 

Bien mélanger et remplir le tiers d’un gobelet.

Ajouter alors deux tiers de champagne.

 

Déguster entre amis.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un lien depuis votre site.

5 Commentaires to “La Sebastiana”

  1. la marraine dit :

    j’aime beaucoup ce poème, qui conte la philosophie possible d’une vie,mais comme tout poème,les paroles sont les paroles: encore faut-il avoir cette capacité de vivre et d’apprécier le moment présent d’anticiper le bonheur du moment futur…… de savoir absorber les positifs et les négatifs…..et tt cela dans ce monde.
    après la nourriture de l’esprit ,celle du ventre:
    le coquelon:faire,boire, cuver,et recommencer quand le moment s’y prête….
    donc dès le w.e .
    à bientôt pour la suite de vos aventures.
    quand vous arriverez au Pérou pensez très fort à la pacha mama,elle en a bien besoin notre terre!!!!!
    bises à ts 4

  2. fanfan dit :

    Des mots,des mots,de très belles phrases ,des vraies paroles!
    Un exemple à suivre….Pas facile parfois

    Mais il a raison

    Quant au cocktail,l’avez-vous testé?
    Peut-être aura t-il un certain effet sur les Mich « en folie »!

    Bises et bonne continuation

    • sab dit :

      Non, nous testerons le « coquelon » une fois de retour…pour le moment, nous sommes à l’heure des vins Chilien (mmmmm) et du Pisco Sur, un coktail à base de citron…nous aimons beaucoup!
      Bisous!

  3. Fabienne et Christelle dit :

    oui il n’est pas toujours aisé de prendre des risques, d’oser nos envies, nos désirs ou de prendre des chemins de traverse. Alors même si le voyage n’est pas toujours possible, celui du coeur reste à notre portée en laissant son accès libre. Carpe Diem même sur de courts moments, apprendre à savourer ne serait-ce que la brise du matin fait nous sentir vivant.

    il est bon de se le rappeler, merci pour le partage et je souhaite que nous puissions goûter ensemble un verre de coquelon ou de Pisco sur à votre retour

    gros gros bisous à vous 4

    Fabienne

Laissez nous un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: CD Rates | Thanks to Seo Professional, Las Vegas Condo High Rises and FBF System