Cusco, les petites histoires

Petit cours de rattrappage… à Cusco.

Sacsahuaman, la fête du Soleil

L’INTI RAYMI, la Fête du Soleil

Jadis, lors du solstice d’hiver dans l’hémisphère sud, les Incas invoquaient le retour du soleil par une cérémonie rituelle. Le 24 juin est le jour où le soleil est le plus éloigné de la terre. Les incas effectuaient alors de grandes incantations pour que le soleil revienne.

Aujourd’hui cette cérémonie rassemble les Péruviens autour du symbole des valeurs anciennes. La fête dure une semaine à Cusco avec des chars de carnaval, des musiciens, des danseurs en costumes traditionnels et folkloriques qui défilent en groupe dans les rues.

C’est notre feu de la Saint Jean, en plus grand.

 Nous assistons la veille à quelques spectacles dans la rue.

Des musiciens jouent sur les trottoirs dans une ambiance bon-enfant. Les passants dansent, quelques-uns s’abandonnent à l’ivresse d’une bouteille…ou deux…et la fête devient folle !

Le lendemain la ville est vide et propre.

Quelqu’un a fait le ménage pendant la nuit… et les autres dorment à point fermé !

Mais non …je les vois, là bas, au loin sur la colline, toute la ville fait la grimpette pour aller voir le spectacle de la cérémonie incas reconstituée chaque année le 24 juin à Sacsahuaman, à trois kilomètres du centre ville.

Nous les avons suivis.

Là haut c’est une fourmilière. Il y a bien des tribunes pour apprécier le grand show mais les places sont aussi chères que pour assister à un concert de Johny Halliday, et multiplié par quatre…pas question. Nous avons fait comme la plupart des locaux. Assis en haut des collines. Mais malgré tous nos efforts, on ne voyait rien. Au bout d’une bonne heure, nous avons abandonné, comme bon nombre de gens, et sommes redescendus vers le centre de Cusco.

En chemin nous avons croisé tous les marchands ambulants de la terre avec leurs succulentes brochettes de lama, leurs bijoux tressés, leur artisanat coloré et nous avons mangé là. Puis nous avons croisé aussi le chemin de nos deux compagnes de Gémenos, Géraldine et Charlène, que nous avions rencontré la première fois dans la vallée de Colca, plus précisément dans les bains chauds de Chivay (Fuentes y piscina termal de la « Calera »).

Nous avons passé de bons moments ensemble, et notamment cette journée là, puis la suivante…où nous avons fait nos achats en commun pour avoir des meilleurs prix.

Quelle rigolade.

Elles s’en iront découvrir le Machu Picchu pendant que nous ferons nos valises vers la France. Nos chemins se recroiserons peut-être de nouveau là bas, car nous n’habitons pas très loin.

Quelques rues nous séparaient à Cusco, et seulement quelques villages entre nous dans le sud de la France.

 

avec Géraldine et Charlène, Cusco

Cusco , notre dernière escale.

 Cusco, les couleurs, l’artisanat, la chaleur des gens, la fraicheur des nuits, la beauté des bâtiments, le souvenir Inca, l’emprunte d’une histoire vraie sur un monde inconnu, la pierre, le soleil.

On se sent bien à Cusco. Les rues pavées au cœur donne à cette ville un air de village, quelques touristes fredonnent les vacances, les trekkeurs échangent les bons plans… les sourires avec les marchandes. Il y a aussi de bons petits restaurants, comme celui tenu par cette si jolie famille, ou bien plus bas, par un jeune couple si gentil.

Quatre murs, cinq tables, un bon four pour les pizzas et les ampanadas, un bon feu pour la « plancha » et les marmitons de soupe, un bon mixeur pour les Pisco Sour, quelques jeux de société pour faire patienter le tout, et c’est le bonheur assuré !

Que faire de plus ?…cela ne serait pas mieux. Rien.

 Et en plus, d’ici, on peut partir à la découverte du Machu Picchu…

.

avec Chela et Gustavo, Cusco

 L’enveloppe, qui a fait le tour du monde.

 Il y a six mois, quelqu’un me remettait une enveloppe que je devais porter à un couple de personnes âgées vivant à Cusco.

C’était une grande enveloppe marron. Je l’ai gardé au fond de mon grand sac, bien à plat, pendant six mois, vérifiant entre chaque vol qu’elle n’avait pas disparue !

Je ne connaissais pas ces gens mais ils nous attendaient. Je leur ai téléphoné pour convenir d’un jour de rencontre et le contact fût très chaleureux. Nous sommes allés leur rendre visite la veille de notre départ, le 26 juin.

Nous fûmes reçus comme des rois avec une farandole de petits gâteaux secs sucrés, salés et une foison de jus de fruits.  Des gens adorables dont les enfants ont quitté la maison trop tôt, trop loin…éloignant aussi les petits enfants qu’ils ne voient pas souvent.

Gustavo nous a raconté les Incas, et Chela nous appris qu’il est bien difficile pour un Péruvien de quitter le pays, même pour des vacances.

Ils espèrent malgré tout pouvoir venir en France l’année prochaine, et visiter leur famille.

Nous espérons pouvoir les accueillir alors chez nous à l’heure du thé.

C’est là-dessus que nous nous sommes quittés, le lendemain.

Chela et Gustavo nous ont retrouvés à l’aéroport alors que nous faisions la queue pour l’enregistrement de nos bagages. Et devinez quoi? …je suis repartie avec une enveloppe marron à remettre à la personne qui m’avait donné la première…

Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un lien depuis votre site.

3 Commentaires to “Cusco, les petites histoires”

  1. fanfan dit :

    C’est vraiment génial et toutes mes pensées vont à ce couple de personnes agées qui n’ont pas la chance de voir grandir leurs petits enfants. Et j’espère vraiment qu’ils pourront faire le voyage l’année prochaine.

  2. Hugo dit :

    Un grand merci d’avoir rendu visite mes parents, j’espère que vous gardez un bon souvenir de mon pays et de ma famille : « la maison est petite mais le coeur est grand ».
    Amicalement,

    Hugo

    • sab dit :

      Bonjour Hugo, nous avons trouvé la maison immense, surtout le salon!
      Quand au coeur de vos parents, il est efffectivent encore plus grand.
      Vous leur manquez beaucoup.
      Amitiés.
      Les mich’

Laissez nous un commentaire

Powered by WordPress | Designed by: CD Rates | Thanks to Seo Professional, Las Vegas Condo High Rises and FBF System